Erdogan au Pontet

En ce beau mois de mai entre deux grèves un événement attire mon attention.

Le journal le Point publie un article sur le calife autoproclamé d’Istanbul, ERDOGAN le qualifiant de dictateur.

Dans la paisible bourgade du Pontet l’affiche publicitaire du Point a été un temps retirée car les « fans » du dictateur ne l’ont pas supporté et cerise sur le gâteau ce fut le maire tendance bleu marine qui au nom de la liberté d’expression  imposera le retour de l’affiche assassine.

L’époque est extraordinaire.

On pourrait donner un conseil aux supporters du dictateur, si vous l’aimez tant allez le rejoindre avec vos idées d’un autre temps. Ce serait injuste, car les pauvres, s’ils sont ici et pas en Turquie c’est parce que le pays à une époque ne leur a pas convenu pour des raisons politiques et économiques et qu’ils lui ont préféré la France ce pays que peut être ils n’aiment pas tant que ça mais dans lequel on peut être soigné, aidé pour être logé, où toutes les idées sont (étaient) acceptées. Ils oublient un peu vite que le pays d’accueil a des règles, des principes, une culture qu’eux aussi doivent respecter.

la vraie interrogation en voyant ces petites mains d’un régime liberticide est pour moi la suivante.

Quelle sera la prochaine étape de ceux qui acceptent les avantages du pays d’accueil sans vouloir en respecter les principes essentiels ?

Certes l’événement fut fugace mais révélateur.

Pourra-t-on supporter encore longtemps ces comportements ? Quand la force l’emporte sur le débat c’est la dictature, ces supporters importent chez nous des comportements que nous ne voulons pas. Eux défendaient leur « Président » comme ils disent, d’autres le Prophète en assassinant les dessinateurs de Charlie.

Phénomène inquiétant car répété et susceptible de donner une impression de fragilité…

La République, une et indivisible a du soucis à se faire !

 

soumission5questions

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus